C’est parti pour 30 représentations

Posté par revuebergerac le 3 octobre 2009

Générale très réussie pour Bergerac « oui » love you vendredi 2 octobre en présence de nombreuses personnalités et amis du Cercle Musical.

Un sans faute pour toute la troupe qui a séduit une salle très réactive et ravie de découvrir la Revue 2009.

Tout savoir sur les locations en cliquant ici :

http://revuebergerac.unblog.fr/reservations/

Le journal  Sud Ouest a fait paraitre le même jour un long reportage dans sa rubrique « SORTIR »

LE MOULIN ROUGE DES BENEVOLES

Ma pharmacienne se déhanche sur scène avec des plumes sur la tête. Et lui, avec le haut-de-forme scintillant, ce ne serait pas mon conseiller de la boutique Orange ? Gagné : la Revue musicale « Bergerac, Oui love you » s’installe pour un mois et demi au centre culturel de Bergerac, avec sa foule d’anonymes et de bénévoles qui donnent vie à ce grand spectacle de music-hall, à l’ancienne, avec sketches, saynètes de boulevard, chansons et ballets, certains coquins.

                                                                 Le final du 1er acte

Un patrimoine local La première aura lieu samedi 3 octobre et la dernière dimanche 22 novembre (lire ci-contre). En 2006, 13 000 spectateurs ont assisté à ce petit miracle local, seule entreprise amateur à ranimer le spectacle « parisien » en province. Au menu de cette 34e édition, très américaine : un best-of des chansons de Joe Dassin, un tableau de Charlie Chaplin, un autre sur Joséphine Baker, un ballet tiré de « West Side Story », les danses « sexy » ou encore, une série de sketches acides sur la vie locale (le maire, le député, le curé, etc.), qui sont la signature de la Revue du Cercle musical depuis… 1922. 

Cela dit, on entendra du Shakira, du Madonna et il sera même question d’Indiana Jones… C’est un patrimoine local, la Revue trisannuelle. Les représentations ont débuté en 1922, quand les sous-préfectures avaient plus ou moins l’habitude de ce genre de spectacle. Puis la Revue – qui avait la dent dure sur les personnages Bergeracois – a été remobilisée en 1946, par la mère de Claude Plazzi, 77 ans, aujourd’hui directrice du spectacle. Strass et paillettes Elle écrit des sketches, règne sur les répétitions et sur les ateliers de confection des costumes. Car c’est toute une entreprise bénévole : on fait tout, sauf les décors, réalisés par les ateliers municipaux. 

La Revue réussit son pari d’un spectacle divertissant, vivant (l’orchestre joue en direct) et plutôt bien joué. « Sans être des professionnels », tiennent à préciser les membres de cette troupe remobilisée tous les trois ans (et parfois depuis plus de trente ans !) et qui recrute tous azimuts dans la ville : les particuliers qui se cherchent une audace comédienne, comme les jeunes élèves d’écoles de danse. Toute une époque ranimée Et tout ce monde ranime les spectacles de l’après-guerre, toute une époque de spectacles clinquants, tout en strass et paillettes, messieurs bien habillés, mesdames sexy dans leurs fourreaux blancs ou de (très) discrets sous-vêtements vêtus. 

C’est aussi l’univers des chansonniers, de l’humour de quiproquos, sans oublier les clowns. Une sorte de mélange de Moulin Rouge ou du show télévisé des Enfoirés. À voir, au moins pour la performance. Auteur : Adrien Vergnolle
a.vergnolle@sudouest.com 

 

pleurer ça fait du bien |
naturelle06 |
Côte d'Ivoire - Opinions - ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sous la toile de mon tipi ...
| FRANCISKKOESPERANTO
| abacaxis